Yves Saint Laurent, la critique Quejadore

Yves Saint Laurent, la critique Quejadore

Aujourd’hui sortait dans les salles le biopic tant attendu de Jalil Lespert, sur le couturier parisien et son histoire d’amour avec Pierre Bergé. Un film que Quejadore résume en un mot : brillant !

Le cinéma français se porte plutôt bien en ce début d’année. Il faut dire que 2013 s'était terminé en beauté, notamment avec le génialissime film de Guillaume Galienne, Guillaume et les garçons, à table !, qui traitait avec beaucoup d’humour d’une quête d’identité sexuelle et d’une mère possessive à l’extrême. Un film qui surfait sur la vague du mariage gay puisque l’un des thèmes principaux concernait l’éventuelle homosexualité du protagoniste.

Et il faut croire que le thème fonctionne bien au cinéma, puisque oui, en effet, Yves Saint Laurent, c’est avant tout l’histoire d’amour entre deux hommes sur fond de mode et Haute Couture. Un amour dépeint avec justesse et force par le réalisateur, qui présente ici un film grandiose et criant de réalisme. L’histoire, elle, est toute simple : Jalil Lespert raconte avec la plus grande sincérité au monde la vie de ce génie de la mode. Le film commence en 1957, à la reprise par Saint Laurent de la Maison Dior, et suit la collaboration du couturier avec Pierre Bergé.

yves-saint-laurent-film-1

Le biopic est un peu comme Amadeus, comme le dit si bien Guillaume Galienne qui joue le rôle de l’amant de Saint Laurent (mais il est partout !). On découvre le "génie" du couturier à travers le regard de Pierre Bergé, tout comme on découvrait le génie de Mozart à travers le regard de Salieri dans le film de Milos Forman.

Et les acteurs, parlons-en aussi. La prestation de Pierre Niney, qui campe Yves Saint Laurent, est absolument magistrale : il ne fait pas que mimer les gestes et les mots du grand couturier français, il l’incarne au plus profond de son âme. Un travail de longue haleine qui porte aujourd’hui ses fruits à l’écran. Le jeune homme de 24 ans est accompagné du toujours aussi brillant Guillaume Galienne, qui dépeint ici une image convaincante d’un Pierre Bergé, obnubilé par le talent et l’amour qu’il porte à son complice de toujours. Les trois jeunes femmes incarnant les différentes égéries du couturier, Charlotte Le Bon, Marie De Villepin et Laura Smet, sont, elles-aussi, à la hauteur de toutes les espérances.

YSL4

Petit bémol cependant : contrairement à la première partie du film très carrée et très précise, la seconde partie perd de son souffle et manque parfois peut-être de rigueur. Mais on ne déplore aucune lourdeur et longueur dans le film, ouf !

En somme, un film à courir voir si vous êtes fans ou non de mode et des tenues de Saint Laurent.

Yves-Saint-Laurent-film-3

Sources : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7.

Par Camille Hispard le 08 janvier 2014
Jeux Concours