baptême

Généalogiste familial, quel rôle ?

Historien spécialisé, le généalogiste familial aide les particuliers à reconstituer l’histoire de leur famille. Des recherches au dossier rendu au client, le point sur son travail au quotidien.

Un nom, un acte de naissance, des photos, autant d’éléments qui permettent au généalogiste de reconstituer le puzzle familial. Pour remonter jusqu’aux racines d’une famille, le généalogiste fouille dans les archives et les fonds documentaires. Ancré dans l’histoire de la terre, il connaît aussi parfaitement la région de la famille pour laquelle il travaille. Il sait lire et travailler avec les écritures anciennes, ce qui lui permet d’exploiter au maximum les documents.

Au quotidien, le généalogiste familial répartit son temps entre recherches, dans les services d'archives ou en ligne, et le travail de synthèse des informations collectées. Pour Jérôme Malhache, généalogiste familial : "C'est sa véritable valeur ajoutée : le généalogiste est capable d'exhumer des renseignements éparpillés et à partir de là, de reconstituer l'histoire d'une famille". Il peut être amené à travailler sur les ascendances, les descendances, des recherches bibliographiques mais aussi sur des dessins d’arbres et les origines de propriété comme une maison. Dans tous les cas, après ce long travail de recherches, le généalogiste rend un dossier complet au client, sources et pièces justificatives à l’appui.

Familial et successoral, quelle différence ?

Généalogiste est un métier qui fait appel à différentes expertises. Les successoraux siègent aux côtés des familiaux. Ils sont chargés de retrouver les héritiers inconnus d’une personne décédée. Ils établissent les dévolutions successorales, localisent des héritiers, valident les droits héréditaires de parents qui se prétendent héritiers… Les généalogistes successoraux sont donc davantage confrontés à l'aspect juridique du règlement des successions. Le plus souvent, ils travaillent sur demande des notaires.

Une autre particularité des généalogistes successoraux est qu’ils restent en contact avec leur mandataire et les héritiers qu'ils identifient. "Il y a, chez eux, un aspect commercial et relations humaines beaucoup plus marqué. Nous, nous sommes un peu des rats de bibliothèque solitaires. Pas complètement, heureusement... », explique Jérôme Malhache. Les généalogistes familiaux rencontrent donc rarement leurs clients, les contacts se font par mail ou par téléphone. Ils travaillent au temps passé pour des tarifs allant en moyenne de 200 à 350 euros par jour. Un mode de rémunération différent des successoraux qui perçoivent un pourcentage sur le produit de la succession qu'ils révèlent.

→ Définition du généalogiste sur le site de la chambre syndicale des généalogistes

Par Natacha Doaré le 07 novembre 2012
pub
Jeux Concours