fait appel à la chirurgie

Bistouri, oh oui ?

Une poitrine de rêve, des lèvres pulpeuses, un visage lisse : le diktat de la jeunesse et de la beauté nous pousse encore et toujours vers une perfection du corps et nous incite à prendre quelques raccourcis pour obtenir ce précieux sésame.

La chirurgie, dite "esthétique", possède des avantages et des inconvénients pour les patients. Zoom sur les réussites et les dérapages de cette "médecine de la beauté".

Le résultat est sublime

Elles l’avouent, célèbres ou anonymes ! Grâce à un petit coup de bistouri les portes du succès se sont ouvertes devant elles. Pour certains consommateurs de chirurgie esthétique cela s’est traduit par un physique plus avantageux, c’est le cas de l’actrice espagnole, Elsa Pataky découverte en France dans le film Iznogoud ou encore Blake Lively, l’héroïne de Gossip Girl qui, toutes deux, ont eu recours à ce procédé pour obtenir le nez de Cléopâtre et la poitrine de Monica Belucci. Le résultat est sublime et semble plaire à leur partenaire respectif comme à leurs fans.

Des effets irréversibles

Mais attention aux excès ! Trop de chirurgie, voire, un seul passage sur la table d’opération peut conduire à des effets irréversibles pour les patients. Mickey Rourke, l’acteur américain à la belle gueule d’ange de 9 semaines ½ a été boudé par les studios américains suite à une opération de réparation faciale. Autre constat, celui de l’angélique Emmanuelle Béart. L’actrice française s'est confiée en mars dernier dans les colonnes de nos confrères du Monde et parle d'une intervention "loupée". Longtemps affectée du résultat de cette modification, elle assume désormais ses nouvelles lèvres. La comédienne de 48 ans reste une des chouchoutes du public français et n'entache pas pour autant sa carrière.

Chercher encore et toujours la "perfection"

Bien que la chirurgie esthétique se soit banalisée et qu'elle réussisse à beaucoup, le pourcentage de risques reste toujours présent. Au-delà des allergies et des réactions secondaires, le chirurgien ne peut garantir à 100% le résultat attendu par le patient. L'exemple de la rhinoplastie le prouve. Cette opération du nez a pour conséquence "un phénomène cicatriciel exubérant", d'après le Professeur Dubreuil. Cela se traduit par une mauvaise cicatrisation. Le patient procède, en général, à une nouvelle intervention. Mais si ce dernier n'est pas satisfait, cela peut l'inciter à s'engouffrer dans un cercle vicieux visant la "perfection".

Le bistouri, qu'on aime avec ou sans modération, reste pour beaucoup de personnes une quête vers la confiance en soi.

Sources 1, 2, 3, 4, 5

Par Rédaction Quejadore le 21 août 2018
Jeux Concours